Décès de Hans Balsiger

Hans Balsiger, ancien directeur de l’Institut de physique de l’Université de Berne est décédé en 2020 après une longue maladie à l’âge de 83 ans. Il a largement contribué à renforcer la réputation mondiale de la recherche spatiale suisse à Berne.

C’est en reconnaissance de ses importantes contributions en matière de recherche spatiale européennes que l’AAE l’a accueilli en 2009 comme titulaire (section 1).

Il était un spécialiste mondialement reconnu des analyses chimiques et isotopiques par spectrométrie de masse. Sa thèse de doctorat avec le professeur Johannes Geiss portait sur des matériaux terrestres et météoritiques, dont il a déterminé l’âge à l’aide de la spectrométrie de masse en laboratoire.

Après sa participation active au programme Apollo et plusieurs missions de l’ESA, (GEOS, WIND, POLAR, SOHO et CLUSTER, GIOTTO vers la comète de Halley) sa carrière culmine avec la mission Rosetta, lancée en 2004 pour un rendez-vous avec la comète 67/P Churyumov-Gerasimenko en 2014 : un succès total, où l’Europe s’est montrée à son meilleur niveau.

Pour cela Hans Balsiger a dû convaincre l’ESA de consacrer 35 kg à l’emport de Rosina, le nom de l’instrument comportant trois spectromètres de masse fonctionnant sur des principes différents, pour augmenter les chances de succès. Il avait plus tard passé le flambeau à son bras droit, Kathrin Altwegg, pour conduire le développement  et l’exploitation de Rosina, tout en restant extrêmement actif sur le projet jusqu’à ses derniers jours.

Grâce à son extrême finesse (résolution en masse 3000), Rosina a pu identifier plusieurs dizaines d’espèces gazeuses différentes, avec leurs variétés isotopiques, s’échappant du noyau solide s’échauffant en se rapprochant du soleil. Notamment de la glycine, un acide aminé, et du phosphore, deux composants clé de notre ADN, montrant que la comète est composée en bonne partie de matière organique.  Quand on sait que notre Terre a été bombardée par de nombreuses comètes à ses débuts, on peut s’interroger sur le rôle possible de ces comètes sur l’apparition de la vie sur Terre.

Hans Balsiger a été aussi de 1996 à 1999 le président du Comité des Programmes Scientifique de l’ESA, qui prend in fine les décisions scientifiques de l’ESA.

Hans Balsiger était aussi un grand sportif, adepte des jeux d’équipe : football, water-polo…Sans doute un trait qui l’a conduit à inviter tous ses concurrents potentiels à le rejoindre pour élaborer des propositions de spectrométrie de masse à l’ESA, avec un grand succès.

Revue de presse :

 

Dans l'actualité :

Recevoir nos informations

    • En validant ce formulaire vous acceptez que l'AAE conserve ces données personnelles afin de vous envoyer les informations demandées. Conformément à notre politique de confidentialité vous pouvez modifier ou retirer à tout moment votre consentement et vos informations personnelles.