Avertissement : Ce texte reflète uniquement l’opinion de son auteur et n’engage en aucune manière la parole officielle de l’Académie de l’air et de l’espace.

Par Jacques Verrière, membre titulaire.

Depuis les débuts de l’aviation, nous utilisons le nord magnétique comme référence pour les caps et les routes, sauf au voisinage des pôles magnétiques . Ceci s’explique par des raisons historiques : jusqu’à l’avènement des centrales à inertie et des systèmes de navigation satellitaires (d’abord le GPS américain et maintenant le système Galileo européen, GLONASS russe et Beidou chinois), le compas magnétique et les vannes de flux étaient les seuls instruments susceptibles de fournir une référence de cap.

Depuis, les avions commerciaux sont quasiment tous équipés de systèmes de navigation satellitaires et, pour certains, de systèmes inertiels. Les systèmes satellitaires sont capables de déterminer une route vraie et les centrales à inertie une route vraie et un cap vrai.

Les usagers de l’aviation générale, de leur côté, sont de plus en plus systématiquement équipés d’instruments fournissant une référence géographique.

 

Lire la suite (format PDF – 182 KB)