L’Union européenne : un acteur clé dans l’espace

Par Paul Weissenberg

Conseiller pour les affaires spatiales au service de l’UE pour l’action extérieure, membre de l’AAE

Conférence donnée le 2 juillet 2019 à Bruxelles (Texte traduit automatiquement depuis l’anglais par Google traduction)

L’Union européenne est devenue un facteur clé dans l’espace, un facteur clé pour faire quoi?
Plus de la même chose ? Ou légèrement différent ?
Quelle est la valeur ajoutée à faire plus d’espace au niveau de l’UE ?

Premièrement, l’UE compte 520 millions d’habitants.

  • Elle est n°3 en tant qu’entité politique et économique dans le monde.
  • Vous ne pouvez pas dissocier l’espace de vos ambitions et tendances politiques.
  • Il y a une marée politique en cours. L’UE devient de plus en plus un acteur mondial.
  • Et l’espace est un outil indispensable.

Deuxièmement: L’espace est un service avant d’être une technologie. Les projets spatiaux sont souvent à la recherche d’utilisateur.

  • L’utilisateur doit retirer le service.
  • L’espace se rapproche des gens sur Terre.
  • Agriculture, changement climatique, sécurité, environnement.
  • Ainsi, l’espace est un facilitateur. C’était le Leitmotiv du dernier conseil spatial ici à Bruxelles il y a quelques semaines.

Troisièmement : l’espace est-il un vecteur d’intégration européenne ?

  • La réponse légale est oui.
  • Nous avons un article 189 dans le traité de Lisbonne nous invitant à aller européen dans l’espace.
  • Au-delà des considérations juridiques, n’y a-t-il pas un effet “fier d’être européen” quand on parle de Galilée ?
  • Une infrastructure européenne appartenant à l’UE.
  • La première capacité de l’UE.

Et enfin, Nr 4:

  • Il y a la discussion sur le Nouvel espace.
  • Certains l’appellent nouvelle révolution spatiale ou espace perturbateur.
  • Quoi qu’il en soit, il y a des changements importants.
  • Accélération de la vitesse, nouvelles technologies, nouveaux acteurs agiles, pression sur les prix, nouveaux modèles d’affaires, nouveaux modèles de financement (foule en capital privé).
  • L’espace fait partie d’un puzzle moderne et n’est pas un sujet autonome.
  • Ici, l’UE peut offrir quelque chose. Il a plus d’outils, plus de jetons dans le panier.
  • Il a le pouvoir politique d’intégrer l’espace dans un environnement politique plus large.
  • Le nouveau règlement spatial, le programme spatial de l’UE, tente de répondre à tous ces défis.
  • La politique, la législation et l’argent vont de pair.
  • Les États membres et le Parlement européen ont choisi le bénéficiaire de la contribution.
  • Ils ont opté pour une augmentation significative du budget de l’UE.
  • Une approche politique globale.

Quand je parle du nouveau programme spatial, je dois être prudent.
Cette législation, comme beaucoup d’autres, a fait l’objet d’un accord politique entre le Conseil et le Parlement avant les dernières élections européennes. Le texte doit être formellement adopté d’ici la fin de l’année. Il y a un lien évident avec le prochain CFP qui doit encore être convenu.

Le nouveau programme spatial de l’UE confirme et accroît le rôle de l’UE dans l’espace.

  • Il ne s’agit que d’une seule mesure législative.
  • En plus de la mosaïque juridique jusqu’à présent.
  • C’est la convergence sous un même toit juridique avec un accent renforcé sur les utilisateurs.
  • Un tbc de budget de coupe transversale.
  • La réaffectation est possible dans l’enveloppe financière globale.

Les dépenses sont concentrées sur Galileo/EGNOS et Copernicus.

Quelques mots sur ces 2 fleurons.

  • EGNOS est pleinement opérationnel. 300 aéroports en Europe utilisent EGNOS.
  • Galileo a 26 satellites en constellation, 700 millions d’utilisateurs.

Si vous voulez savoir si votre smartphone est activé par Galileo, cliquez sur : UseGalileo.EU

Donc, Galilée ne fonctionne pas seulement.
Il est en fait considéré comme le meilleur système de navigation mondiale avec une plus grande précision que le GPS.

Nous avons 5 services :

  • Ce service multipackage rend Galileo unique en tant que système civil contrairement aux États-Unis, la Russie et la Chine.
  • A côté de Galilée, nous avons Copernic,

Un programme piloté par l’utilisateur, entièrement opérationnel avec 6 domaines thématiques :

  • Atmosphère
  • Marine
  • Terre
  • CHANGEMENT CLIMATIQUE
  • Urgence
  • Sécurité

L’infrastructure spatiale derrière porte le beau nom Sentinels.

Le règlement mentionne d’autres sujets tels que sSA, GovSatCom, la sécurité de toutes les composantes effectuées par la nouvelle EUSPA, l’Agence européenne du programme spatial et l’accès à l’espace.

Lanceurs

  • Les États membres dépensent d’énormes sommes d’argent pour un lanceur européen, mais certains d’entre eux préfèrent aussi lancer avec des lanceurs non européens.
  • Aucune préférence européenne, même si même l’industrie allemande y est favorable.
  • Space X reçoit 100 millions pour le lancement de Falcon 9 du gouvernement américain.
  • Mais offre le même lancement pour 50 millions en dehors des États-Unis.

Le message sous-jacent du nouveau programme spatial est le :

  • Dépenser plus, mais le dépenser de mieux en mieux ensemble.
  • Les soi-disant questions de gouvernance.

Permettez-moi de terminer avec quelques réflexions sur ce sujet.

L’Europe doit rationaliser et simplifier.

Nous avons plus de 20 agences spatiales nationales.

  • Esa
  • Ce
  • GSA devient EUSPA
  • Eumetsat

Nous avons besoin d’une division du travail plus intelligente.
Le défi est mondial.
Le nombril isbrilisme européen, “nombrilisme”, doit prendre fin.

Nos règles de financement sont-elles efficaces?
Le retour géographique est-il toujours un modèle approprié dans les domaines de la concurrence mondiale? Demandez à l’industrie.

Notre paysage industriel est-il adapté à cette tâche? Demandez à l’industrie.

L’ESA est une agence spatiale de classe mondiale en R et D. Comme la NASA.
Il devrait se concentrer sur les activités en amont.

  • Les services en aval doivent être laissés aux entités opérationnelles plus proches de l’utilisateur.

Les opérations doivent être externalisées une fois qu’elles ont atteint le statut de maturité.
Eutelsat, Eumetsat, GSA en sont des exemples réussis.

GSA devient EUSPA : le bras technique de l’UE pour les composants spatiaux opérationnels. EUSPA gère déjà avec succès EGNOS et Galileo. Les synergies avec Copernicus sont évidentes et doivent être utilisées et placées au sein de l’EUSPA.
L’EUSPA devrait devenir la plaque tournante de la sécurité de tous les programmes spatiaux de l’UE, comme le propose le nouveau programme spatial.

Le COM devrait se concentrer sur la supervision et le contrôle politiques. L’expertise technique et la gestion quotidienne devraient être confiées à l’ESA pour les activités opérationnelles et en aval.

Le nouveau règlement est le résultat des leçons apprises.

  • Ouvre la voie pour les 7 prochaines années.
  • Vient au bon moment.
  • Un élan politique croissant.
  • Nous devons le saisir.
  • En tant qu’Européens.

 

A voir aussi dans les documents & médias :