L’avion à hydrogène : ambition ou illusion ?

Avertissement : Ce texte reflète uniquement l’opinion de son auteur et n’engage en aucune manière la parole officielle de l’Académie de l’air et de l’espace.
Avec l’aimable autorisation de la 3AF qui a déjà publié cet article dans sa Lettre n°44 d’octobre 2020

Par Eric Dautriat, membre 3AF et vice-président de l’Académie de l’Air et de l’espace

La contribution du transport aérien au réchauffement climatique, malgré l’existence déjà ancienne de programmes de R&T destinés à la réduire, a longtemps occupé une place modeste dans l’agenda stratégique des dirigeants politiques et opérateurs (au-delà des habituels « mots-clés » de la communication), comme dans les préoccupations du grand public. Les efforts permanents de compétitivité passant par la réduction progressive de la consommation de carburant semblaient suffire.

Or, depuis peu, voici cette contribution devenue un enjeu politique, à travers une « prise de conscience » de la part d’une partie de la population européenne, et notamment des jeunes ; souvent excessive, et qu’on peut juger disproportionnée. Le transport aérien se voit attribuer le rôle de figure de proue d’une croissance aveugle et sans borne, de symbole arrogant de la mondialisation, voire d’allégorie des inégalités sociales…

 

Lire la suite (format PDF – 182 KB)

Recevoir nos informations

    • En validant ce formulaire vous acceptez que l'AAE conserve ces données personnelles afin de vous envoyer les informations demandées. Conformément à notre politique de confidentialité vous pouvez modifier ou retirer à tout moment votre consentement et vos informations personnelles.